Témoignages

Des mots qui vont droit au cœur

« Le 8 février 2002 allait changer le cours de ma vie. Cette nuit-là, j’ai essayé de me lever, mais je suis tombé. Transporté au CHUS, j’y suis resté deux mois, victime d’un AVC. Paralysé du côté droit, je suis transféré au CRE pour ma réhabilitation. J’ai connu l’ACTE (Association des accidentés cérébro-vasculaires et traumatisés crâniens de l’Estrie). J’y suis venu dans l’espoir de faire bouger des choses et la mentalité de notre société. J’apprécie le partage de connaissances entre les membres, je siège au conseil d’administration de l’ACTE. »
Monsieur C.

 

« Une chance que nous avons l’APSE (Association des personnes stomisées de l’Estrie) pour nous rencontrer, échanger et être au courant des nouveaux produits; mais surtout de nous retrouver parce qu’on a tous une stomie et c’est notre terrain d’entente, le lieu où on se sent comme des complices. »
Mesdames A., C. et R. – Personnes stomisées

 

« Ça fait un an et demi que je viens aux cuisines collectives « Bouchée double Memphrémagog ». Tout le monde s’implique et la cuisson nous coûte environ 3 $ par bouche à nourrir (pour une soupe, deux à trois plats principaux et deux desserts). Je vais aux cuisines collectives pour apprendre de nouvelles techniques, pour cuisiner plus rapidement, mais surtout pour faire de nouvelles recettes que je peux refaire chez moi. Cela me permet également de cuisiner sans ma fille de 19 mois qui hurle «maman» puisqu’elle est à la halte-répit pendant ce temps. »
La famille P., S. et A. xxx

 

« Les infirmières de l’hôpital ainsi que celles du CLSC me parlaient de Marraine Tendresse de L’Estrie. Ma famille vivant à l’extérieur, j’ai passé un coup de fil et quelques jours plus tard, j’avais une marraine qui sonnait à ma porte. Pendant que ma marraine était là, j’en profitais pour dormir car les nuits étaient parfois courtes. J’étais en pleine confiance et je m’endormais parfois en mettant la tête sur l’oreiller. Merci du fond du cœur à l’organisme Marraine tendresse qui a mis sur ma route ma marraine pour partager tout le bonheur d’être une mère. »
A., Mère de trois enfants

 

« Lorsque j’ai demandé de l’aide au CALACS (Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel de l’Estrie), mon objectif était de terminer ma démarche personnelle ; de « guérir de l’inceste ». Aujourd’hui, j’ai non seulement atteint cet objectif, mais j’ai reçu beaucoup plus de l’organisme. »
L.M. de Sherbrooke

 

M. et F., deux élèves de l’École des Quatre-Vents, aiment faire leur devoir à Famille Espoir en compagnie des bénévoles. L’aide aux devoirs les aide à augmenter leur réussite scolaire.

Très énergiques, les deux amies s’entraînent l’une et l’autre aux autres activités de l’organisme, leur amitié, leurs rires qu’elles partagent facilement avec les autres enfants animent cette grande maison remplie d’enfants après l’école.

Famille Espoir consacre trois après-midi par semaine à l’aide aux devoirs. Une cinquantaine d’enfants par année profitent de l’aide aux devoirs dont une quinzaine d’enfants régulièrement.
Propos de M. et F., deux élèves de l’École des Quatre-Vents

 

« Mariée et mère de quatre enfants, j’ai éprouvé beaucoup de difficultés à joindre les deux bouts certains mois. Cet état de chose m’a longuement perturbée ; recherchant des solutions durables. Après plusieurs démarches non satisfaisantes, une amie m’a parlé de la cuisine collective Le Blé d’Or, et dès le 1er jour où je me suis mise à cuisiner en groupe, ce fut pour moi une bouée de sauvetage. En une seule journée de cuisine, j’avais des repas pour 5 jours à un coût modique, j’améliorais et variais mes repas et j’apprenais de nouvelles recettes tout en économisant temps et argent. »
Une mère de famille

 

Merci de votre générosité !